Départ de Leucade


Mercredi 21 Mai 2014

Nous quittons, Ithaque, enfin, je veux dire Lefkadas, Leucade ( Les initiés comprendront, ou j’expliquerai plus tard), et le souffle d’Ulysse, devant le cap Leucade. Dans le soleil couchant, nous avons vu se répéter le plus bel acte d’amour de la terre : la poétesse Sappho se jetant par amour pour un certain Phaon. Il faut me croire, tous les soirs,  cela recommence. Là, vous allez me dire que j’exagère. Peut-être, mais si c’était vrai, qu’à l’instant même où la mer avale gloutonnement le soleil dans une explosion d’orange et de jaune, Sappho, la poétesse, apparaissait en haut du rocher blanc, encore chaud de la journée, et plonge  comme le soleil dans la mer. Les vers de la poétesse de l’amour, tombent dans les vagues formant des métaphores d’écume que les adeptes d’Apollon viennent recueillir au péril de leur vie.  Et si la poésie, c’était risquer sa vie en plongeant dans la mer au coucher du soleil et recommencer, encore et encore. Sappho,  j’aime ta poésie,  car tu t’inventes chaque jour,  pour la lumière du soleil et les vagues qui se brisent sur la falaise de calcaire.  Après ce rêve éveillé, la nuit vient,  courte pour le sommeil, mais avec un long bord de près, de 10 heures sous génois et grand voile,  à 6,5 nœuds. Thera explorer, calé sur son bord et cisaillant, gentiment, les vagues qui ne veulent pas le laisser passer. Bref, on a fait de la voile. Ça arrive, quand il y a du vent, juste comme il faut. Là, on a été gâté, 15 nœuds de NNW, jusqu’au petit matin et puis pouf, le vent tombe. Moteur, petit déjeuner, le quart est fini, au dodo.

Serge & Agnes Briez, texte à 4 mains, photos Serge Briez pour Cap médiations

 

4 Comments

    1. Nous vous raconterons probablement lors d’un prochain article, l’arrivée à Lefkadas ou Leucade et surtout le séjour merveilleux que nous avons fait là bas, en attendant, nous allons vous raconter la suite du voyage, jusqu’à notre retour à Leucate, probablement la semaine prochaine.
      Merci de nous suivre.

  1. Sympathique texte. Mais, pour moi, Sapho, c’est sur son île d’origine, d’où elle fut rejetée, qu’elle règne en haut des falaises de Mythimna. Un œil sur la Turquie (on n’est jamais trop prudente), un œil sur les amoureux de la Grèce (on ne néglige pas les adorateurs).
    Bon vent de retour Thera. Nous continuons sur notre chère Grèce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s